Actualité

03. juil. 2019

Au vu des différences régionales et des incertitudes sur l’évolution du bostryche, il n’y a pas de nouvelles recommandations de prix. Image : Industrie du bois Suisse

Industrie du bois Suisse : Priorité à la protection des forêts et à la transformation du bois bostryché

(CP) La Commission du marché du bois s’est réunie le 25 juin. Les propriétaires forestiers et les transformateurs de bois étaient unanimement d’avis qu’il faut absolument accorder la première priorité à la lutte contre les dégâts aux forêts et à la transformation rapide des bois bostrychés. Les deux parties recommandent toujours la stabilité des prix, mais s’attendent à une nette baisse des prix des assortiments de mauvaise qualité dans les semaines à venir. (Text auf Deutsch >>)


Au premier trimestre 2019, le secteur du bâtiment a enregistré une nette reprise après un quatrième trimestre 2018 faible. La situation des commandes est bonne, voire même très bonne. Toutefois, les tendances à long terme pour les douze prochains mois indiquent davantage de retenue qu’avant. La construction en bois présente toujours des tendances favorables (grands volumes de construction en bois). Dans les scieries, la situation des commandes est actuellement bonne à satisfaisante.

Situation actuelle des dégâts en forêt
Les stocks de bois issus de la forêt suite aux tempêtes et au bostryche de l’an dernier ont entre-temps en grande partie été résorbés. Grâce aux conditions météorologiques fraîches et humides qui ont prévalu jusqu’à ces derniers temps, le bostryche n’a pas été aussi actif qu’on le craignait, mais il est toutefois densément présent et se répand actuellement très vite. Des arbres isolés disséminés sont touchés et de plus en plus, aussi des peuplements entiers, qu’il faudrait récolter rapidement. Pour des raisons de temps, le bois est en partie écorcé dans le peuplement et laissé sur place. Dans les régions situées en altitude, divers renversés épars se trouvent encore en forêt après les tempêtes de l’hiver dernier et n’ont pas encore été façonnés.

Dans les chablis, on trouve une proportion inhabituellement élevée de sapin blanc qui a dépéri suite à la sécheresse et aux attaques du bostryche curvidenté. L’économie forestière a aussi dû lutter contre des infestations sur le pin et le mélèze. On constate également une hausse des volumes de bois endommagés dans les essences feuillues (dégâts provoqués par la sécheresse sur le hêtre et le chêne, dépérissement des pousses du frêne).

Evaluation du marché pour le deuxième semestre 2019
Le marché européen des grumes résineuses est toujours saturé par le bois de tempête et le bois bostryché, avec des différences régionales. Les stocks des scieries restent bien pleins et la capacité de prise en charge de nouveau bois est donc limitée. Au vu de la situation difficile, les scieries suisses sont prêtes à accepter en priorité du bois bostryché au cours des semaines à venir et dans la mesure du possible, à renoncer à commander du bois frais non infesté. Les partenaires du marché s’attendent à une nette baisse de prix pour les mauvaises qualités, respectivement pour le bois bostryché. Les sous-produits de la scierie se vendent bien, toutefois en partie à bas prix (plaquettes). En raison de la fermeture de Pavatex, il y a trop de sous-produits sur le marché à court terme.

Chez Swiss Krono à Menznau, un arrêt de la production de deux semaines dû à des raisons techniques a entraîné une prise en charge réduite. L’entreprise fait savoir que les contrats actuels passés avec les fournisseurs de la forêt et de l’industrie pourront probablement être respectés seulement à 90%. La demande en panneaux à base de produits dérivés du bois est par contre très bonne. Swiss Krono Schweiz a l’intention d’augmenter le pourcentage de bois frais à 100% (au détriment du bois de recyclage) et pour cela, de miser surtout sur du bois suisse. Des contrats correspondants doivent être passés avec les fournisseurs.

Recommandations pour les propriétaires forestiers
Dans les semaines et mois à venir, il faudra impérativement se concentrer sur la protection de la forêt afin de limiter l’extension de la population de bostryche. Les mesures de protection forestière doivent être appliquées au plus vite. Toutefois, le bois issu de l’exploitation forcée doit être façonné uniquement si la vente est garantie. Sinon, mieux vaut laisser le bois en forêt, sur pied ou abattu. Il faudrait utiliser plus souvent l’option qui consiste à écorcer le bois abattu dans le peuplement et à le laisser en forêt. Si les bostryches ont déjà effectué leur envol, on peut aussi laisser le bois bostryché sur pied en forêt à des endroits appropriés. Le bois résineux frais non infesté par le bostryche doit être abattu avec beaucoup de retenue et doit être façonné uniquement sur commande concrète et à des prix fixes.

Le bois façonné doit être enlevé aussi vite que possible afin d’éviter un bleuissement et une perte de valeur. Les belles billes de pied doivent être mises de côté et signalées pour être enlevées immédiatement. S’il n’est pas possible d’enlever rapidement des belles grumes AB, il faut envisager de les stocker en milieu humide. Pour tous les assortiments, il faut veiller à ce que le bois soit très bien trié pour être stocké. De grosses piles de bois bien triées trouvent plus facilement preneur et obtiennent de meilleurs prix. Le bois D doit être trié de façon adéquate et ne pas être mélangé aux assortiments BC. Il n’est pas indiqué de constituer des stocks de bois qui ne peuvent pas être vendus et qui bloquent les canaux d’exploitation du bois frais.

On conseille aux entreprises forestières d’avancer les coupes de bois dans la forêt de protection lorsque de faibles quantités de bois sont concernées ou que le bois peut être laissé sur place. Les entreprises forestières avec des capacités excédentaires doivent si possible exécuter des travaux pour des tiers. Les coupes de bois feuillus et les coupes de bois d’énergie doivent être faites au plus vite, dans la mesure où la vente est assurée.

Les deux parties sont unanimement d’avis qu’au vu des différences entre les situations régionales initiales et des incertitudes sur l’évolution du bostryche, il n’est pas indiqué de donner de nouvelles recommandations de prix sur des assortiments spécifiques. Pour le bois frais et les bonnes qualités de bois bostryché, on continue à recommander des prix stables.

Concernant l’utilisation de produits pour le traitement du bois
Actuellement, différentes interventions politiques sont en cours sur le thème de l’utilisation de pesticides dans l’agriculture et la forêt. L’utilisation de produits de préservation du bois (pesticides, insecticides) est en principe interdite en forêt, mais peut être autorisée par l’Office fédéral de l’environnement OFEV dans certains cas d’exception justifiés. Les produits de traitement du bois empêchent que le bois stocké soit attaqué par des insectes et des champignons et perde ainsi de la valeur. L’économie forestière et l’industrie du bois s’efforcent depuis toujours d’enlever le bois abattu le plus vite possible et de renoncer à l’utilisation de produits chimiques en forêt. Juste après de grosses tempêtes et les attaques de bostryche qui s’en suivent, l’enlèvement du bois peut toutefois avoir du retard et le bois doit être stocké en forêt. L’utilisation ciblée de produits adéquats est autorisée uniquement sur les places de stockage du bois, strictement réglementée et surveillée par l’OFEV et les services forestiers cantonaux.

La Commission du marché du bois se réunira le 4 septembre 2019 pour réévaluer la situation.

Texte : Industrie du bois Suisse 

0 commentaires

Ajouter un commentaire

 
  • Heizmann

  • Ökofen

  • Liebi LNC

  • Windhager

  • El contenido de esta página requiere una versión más reciente de Adobe Flash Player.

    Obtener Adobe Flash Player

 

Publicité

Ici vous trouverez les tarifs publicitaires PDF

Newsletter

 

Suivez-nous!